Les métiers du recouvrement nécessitent tact, sens du contact et diplomatie. Un savoir-faire et une philosophie que partagent tous nos collaborateurs et qui fait de Contentia une entreprise à fort capital humain. Par le biais de quelques portraits, nous vous proposons dès aujourd’hui de faire connaissance avec ces personnes qui font le succès de notre entreprise. Une invitation à découvrir qui et quels parcours se cachent derrière la fonction. Une série que nous poursuivons aujourd’hui avec Matthieu Vanneste, Chef de Service Opérationnel.

Quelle est votre formation initiale ?

J’ai suivi une filière classique qui m’a amené jusqu’à l’obtention d’un BTS action commerciale.

Comment avez-vous découvert le métier du recouvrement ?

Pendant mes études, j’ai effectué un contrat en alternance dans une société de recouvrement. J’ai très vite apprécié la rigueur du métier, l’importance de la négociation avec le client, et le fait d’être en contact avec les gens pour faire avancer les dossiers.

Vous avez tout de suite aimé ce métier ?

Oui, car à la fin de mes études, alors que j’étais prédisposé à une carrière commerciale dite « classique », je me suis rapidement réorienté dans le métier du recouvrement en intégrant Contentia. J’y ai commencé ma carrière en tant que Conseiller et depuis je m’éclate.

Qu’est-ce qui vous plaisait le plus dans ce métier ?

Le côté stimulant du métier de conseiller, avec un nouveau challenge à relever tous les mois. Et puis, il y a aussi le contact avec les gens au téléphone, qui nous pousse à nous adapter sans cesse aux situations. C’est un métier très varié et motivant, à chaque appel, il faut s’adapter, les arguments sont différents en fonction du client mais aussi en fonction de l’état d’avancement du dossier. Enfin même si les objectifs sont individuels, travailler en équipe m’a permis de me retrouver dans des notions de partage, d’échange, d’altruisme.

Et ce qui vous plaisait le moins ?

Les tâches à non-valeur ajoutées, je m’explique le fait de passer 70% des appels à laisser un message sur un répondeur, ou le fait de ne pas pouvoir passer une carte bancaire en direct avec un client. Heureusement cette époque est révolue, les progrès techniques aujourd’hui automatisent ce genre de tâches.

Vous avez évolué assez rapidement au sein de la société ?

Oui, mais Je ne suis pas un cas isolé loin de là. Mon ascension va de pair avec celle de Contentia, je suis passé de Conseiller à Coach / Responsable de Secteur, puis aujourd’hui Chef de Service Opérationnel. Plusieurs métiers au sein de la même entreprise. Mon parcours intègre, entre autre, davantage de management ; au départ avec une équipe de conseillers, maintenant avec une équipe de managers, de stratégie, de gestion de projet, de relation partenaire, etc. Ce qui ne m’empêche pas, quand les circonstances l’exigent, de reprendre avec grand plaisir les appels de clients (pour venir en renfort dans le cadre d’une grosse opération par exemple).

Et cela vous plaît toujours autant ?

Absolument ! Le management est un métier de riche de contact et de conciliation également. Ce qui est moins plaisant, c’est de devoir gérer les anomalies qui impactent le travail des équipes. Mais ce ne sont vraiment pas de gros inconvénients !

Quel est le regard de vos proches et de votre entourage sur votre métier ?

J’explique que je travaille dans le domaine financier, dans une société de recouvrement, sur la partie gestion des impayés. Après avoir expliqué le but et le contenu de nos actions, la plupart des personnes m’avouent qu’elles seraient incapables de faire ce métier, mais plus par timidité que par rejet. Aujourd’hui les gens comprennent bien que nous agissons pour faire régler une prestation due. Nous le faisons dans le strict respect des personnes, et de la législation.

Comment voyez-vous votre métier dans le futur ?

Aujourd’hui encore, le métier continue d’évoluer. De plus en plus, nous intégrons une dimension de prévention, nous sommes amenés à relancer les clients plus tôt dans la chaine de facturation. Les processus de relances vont encore s’étoffer, s’affiner au comportement du client, cela demande de bien intégrer la connaissance client (analyse du comportement client, scoring, etc.) qui sera un atout important pour mettre en face le processus adapté.

+Contentia