Rien ne peut prémunir à 100% des impayés. Mais une chose est sûre : il est important de ne pas perdre de vue certaines étapes en amont. Tout faire pour être payé en temps et en heure, c’est déjà anticiper un maximum. Et même si elle est indispensable, la seule confiance ne suffit malheureusement pas. Certains réflexes peuvent vous aider à poser des jalons pour une bonne poursuite de la relation commerciale.

Quelques conseils :

  • Savoir à qui vous avez à faire : il est important de connaître son client, ou son fournisseur. S’agit-il d’une recommandation par ses pairs? Avez-vous déjà travaillé avec lui ? Connaissez-vous son passé dans le business ? A vous d’inciter vos commerciaux à rester attentif au parcours de leurs interlocuteurs. Et à s’informer de la santé financière, largement disponible sur le web ou auprès de la chambre de commerce.
  • Si cela vous semble possible, proposez le versement d’acomptes
  • Formez vos commerciaux : il est important de vendre une prestation ou un service, mais il est aussi fondamental que l’entreprise soit payée pour ce service. Prenez le temps de briefer vos équipes sur leur rôle d’information auprès du client : l’importance d’assurer le paiement des factures par la suite, l’obligation de respecter les échéances, et l’impossibilité de se soustraire au règlement.
  • Soignez vos contrats : mentionnez avec visibilité les risques juridiques en cas d’impayés. L’information doit figurer sur les contrats mais aussi les devis, et les commandes. La date d’échéance de paiement doit figurer sur le document, ainsi que les pénalités de retard.
  • Soyez une flèche : adressez la facture au plus vite. Et en dernière limite à la livraison ou à la fin de la mission. Puis, n’hésitez pas à « prendre des nouvelles » de l’entreprise si vous ne voyez rien venir.
  • N’ayez pas peur d’utiliser éventuellement une clause de « réserve de propriété » : cet outil juridique a vocation à permettre au vendeur de rester propriétaire jusqu’à complet paiement. A vous de l’inscrire dans les conditions générales du contrat.
  • Pas à pas : si vous pouvez vous le permettre – et si l’appel du business n’est pas trop fort – refusez toute commande supplémentaire si la précédente n’a pas été payée.