Pour le troisième trimestre consécutif, l’indice CRI de Contentia remonte sur le dernier trimestre 2013 pour atteindre désormais son plus haut niveau : 101.9. Une bonne nouvelle ? Pas si sûr. Si globalement les Français ont tendance à apurer leurs dettes, cela ne signifie pas pour autant que les ménages voient leur situation financière s’améliorer : ils règlent les dépenses les plus urgentes, dans un réflexe de protection par rapport à un avenir incertain.

Parmi les impayés passés au crible par le CRI Contentia, ceux relatifs à l’énergie et aux assurances connaissent une certaine stabilité. Pour la téléphonie, le montant moyen diminue régulièrement depuis un an (de 320€ à 203€). Cette tendance peut s’expliquer par la multiplication des offres de forfaits « low cost » sur la téléphonie, initiée par des opérateurs comme Free, qui conduit à réduire sensiblement les dépenses des ménages. Ces derniers peuvent également souscrire à un abonnement sans nécessairement acquérir un smartphone couteux.

S’il diminue de manière conséquente sur un trimestre (de 19 000 à 17 800), le nombre de dépôts de dossiers en surendettement à la Banque de France reste stable sur l’année.

Enfin, deux tendances doivent aussi retenir l’attention et inviter à la prudence :
– une légère augmentation de l’insolvabilité constatée par les huissiers
– une augmentation significative du montant moyen d’un impayé en crédit conso, qui passe de près de 3 100 € à près de 3 700 € sur un trimestre.

+Contentia